Magistrate  

Palestrina

Tous les Romains connaissent la Via Prenestina : une des plus antiques routes quittant la ville, elle débute à la Porta Maggiore, traverse les faubourgs populeux, puis au neuvième mille romain (à 13 km), passe sur un vieux pont, construit vers la fin du IIe siècle av. J.-C. C’est le Ponte di Nona, le Pont du Neuvième Mille, toujours utilisé aujourd’hui. (Malheureusement, à cause des parapets ajoutés dans les années 1930, le pont n’est pas visible depuis la chaussée).

L’antique Via Prenestina
L’antique Via Prenestina le long de la chaussée moderne.
À partir d’ici, la banlieue romaine s’estompe et la route passe dans les champs de la Campagna romana. Timidement d’abord, ensuite clairement, les robustes blocs de basalte de la route antique apparaissent sur le côté, rassurant les voyageurs qu’ils sont bien sur la bonne voie pour la destination promise – Praeneste.
  Bien avant d’arriver à la ville, on aperçoit sa silhouette – rampes, voûtes, escaliers et terrasses, tout parfaitement symétrique. Ce sont les restes du grand sanctuaire de Fortuna Primigenia, dont le culte s’étendait sur six siècles, du IIIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle ap. J.-C.
Palestrina vue de la plaine
Palestrina, vue de la plaine.
Aujourd’hui, cette construction grandiose d’une beauté singulière, s’élevant au-dessus de la plaine, incite à une visite. À nous aujourd’hui qui cherchons à connaître le passé, comme aux anciens qui voulaient connaître l’avenir, Fortuna Primigenia continue à offrir ses lumières.
   L’histoire de la survie du sanctuaire est extraordinaire. Après la chute de l’Empire romain, comme beaucoup de constructions antiques, il a été réutilisé – une partie a été transformée en forteresse, les rampes et les salles voûtées sont devenues les fondations des maisons médiévales. Puis, pendant la Deuxième Guerre mondiale, Palestrina a été bombardée: le béton antique, bien plus solide que le mortier médiéval, a résisté. Quand on a déblayé les décombres, le sanctuaire entier est apparu.
Rocca Colonna
Rocca Colonna, forteresse des seigneurs de Palestrina.
   Plus anciens encore que le sanctuaire sont les murs, les fortifications et l’acropole de la Praeneste antique. La montée par les pentes arides du Mont Ginestro et la contemplation des impressionnants blocs des murs du IVe siècle av. J.-C. nous ramènent au tout début de l’histoire de notre civilisation.
  Le château fort des Colonna domine le flanc oriental de l’acropole. Sombre rappel de la rudesse et de la violence du Moyen Âge, lui aussi, lieu de guerre, de captivité et de destruction, révèle l’histoire de Palestrina.